Ma grand-mère, « porteuse de dépêches » à GER

le

Cette mission de « porteuse de dépêches » était confiée par la mairie après décision du Conseil Municipal pour un traitement de 600 francs par an (1929). En l’absence de téléphone chez ma grand-mère, une sonnerie était reliée au bureau de poste.

Délibération du conseil municipal

Quand un télégramme était arrivé, aussitôt, ma grand-mère se rendait au bureau où le préposé lui remettait « la dépêche » qu’elle devait porter en suivant au destinataire, ce qu’elle faisait en vélo ou le plus souvent à pied.

Il s’agissait de télégrammes pour annoncer une naissance, un décès, des félicitations pour un mariage ou parfois une confirmation de rendez-vous. La plupart du temps le destinataire donnait une petite pièce à « la distributrice ».
Quand ma grand-mère est décédée, ma mère a pris la succession souvent aidée par ma sœur et moi.

Exemple de télégramme
Exemple de télégramme envoyé pour un mariage

 

 

[Total: 0 Moyenne: 0]

Thèmes associés au témoignage:



Témoignages similaires:



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *