L’Artzamendi et son radar

Artzamendi 03 08 2006 CopierL’Artzamendi est une montagne basque qui culmine à 926 m au sud de la commune d’Itxassou, dans un site classé Natura 2000.

Son sommet est facilement reconnaissable à ses antennes et sa boule blanche de l’aviation civile.

Ce n’est pas la montagne de l’ours, comme cela a été souvent dit, mais le mont des vieilles pierres, des éboulis. C’est sur ses pentes que l’on retrouve encore des meules taillées dans le grès qui n’ont pas pu être descendues au village.

Cette montagne tranquille a changé de physionomie en 1963 avec la construction d’une route jusqu’à son sommet pour y édifier un grand bâtiment et une station de liaison radioélectrique, devenant «la montagne avec des oreilles».

La «montagne avec des oreilles», si elle a fait rêver beaucoup d’enfants, a aussi fait dire beaucoup de bêtises aux adultes. II s’est dit, et c’est encore tenace, que De Gaulle avait construit ces radars pour surveiller la base américaine qui s’installait sur Goramendi en Baztan. Et la date concordait : en 1964, De Gaulle flanquait les troupes de I’OTAN hors de France !

C’était en fait une station hertzienne qui assurait la liaison téléphonique France-Portugal. En 1964 justement, la direction des services radioélectriques demande la vente ou la location des 11 hectares de terrains communaux situés au sommet de l’Artzarnendi pour s’y installer définitivement et construire en dur une station hertzienne dont les essais France-Portugal ont été favorables. Le conseil accepte de les louer pour le prix de 200 F par an mais sous réserve que les troupeaux pourront continuer à utiliser les pacages du sommet de I’Artzamendi sauf aux environs des antennes, qui seront entourées de clôtures.

13 août 1961 : L’administration des PTT, qui procède à des essais radiotéléphoniques sur le mont Artzamendi, se propose d’aménager à ses frais une voie d’accès empruntant le tracé actuel, sous réserve de I’accord des propriétaires riverains. Ces derniers, consultés, ont signé un engagement qui permettra de porter la largeur du chemin à 4,50 m.

24 mars 1963. Après des essais concluants, les services intéressés ont décidé la construction en dur de locaux dans Iesquels logeront à demeure machines et personnel sur le sommet de l’Artzamendi. La surface envisagée est de 1 ha, seules antennes et paraboles seront entourées de fil de fer. Les services de télécommunication désireraient régulariser par une cession, une vente ou une location du terrain, de préférence une location.

19 mai 1963. Un fait nouveau est intervenu : une administration ne peut pas construire sur un terrain en location. Le conseil municipal accepte de vendre la superficie demandée, 7 500 m² à un hectare, au prix de 2 F le m². En ce qui concerne les 10 hectares restants, la location sera maintenue au prix de 150 F par an, avec la réserve que les troupeaux pourront utiliser les pacages.

Depuis « bip bip », les satellites ont remplacé ce système et les structures ont été peu à peu démantelées. Aujourd’hui, c’est l’aviation civile qui a pris le relais si l’on peut dire : depuis le 13 août 1996 y fonctionne une balise, c’est celle que vous voyez sur les écrans qui vous montrent la route suivie dans les vols internationaux. La plus proche est à 450 km du coté de Nantes.

Pour l’anecdote, le sommet est très humide, c’est une tourbière protégée où l’on a fait des carottages pour prélever des pollens très anciens.

Il y a peu de temps, les travaux d’entretien des 4 km de la ligne électrique allant au sommet de l’Artzamendi ont été effectués à l’aide d’hélicoptères transportant les supports à implanter sur les pentes.

La route de montagne, au très fort pourcentage (20 % par endroits), construite par les PTT, a eu l’avantage de mieux desservir les riverains, le quartier Berandotz et le secteur frontalier du col des Veaux, à proximité des ventas Burkaitz et Lezetako borda et du gite Esteben borda, alors qu’un chemin de montagne peu carrossable existait auparavant.

L’inconvénient de cette route, c’est l’arrivée des automobiles sur des secteurs étroits et dangereux, et I’affluence de personnes sur le plateau de Berandotz, entraînant parfois des dégradations sur ce site remarquable.

 

artzamendi

 

Jakintza
Association Jakintza – Itxassou

 

[Total: 2 Moyenne: 3.5]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *