L’arrivée de l’eléctricité, de l’eau, de la radio et de la télévision

Mon grand-père nous raconte l’arrivée du confort dans son quartier de Tyrosse :

          « Quatre événements ont marqué mon enfance et mon adolescence : l’électricité et l’eau dans les maisons, la radio, la télévision.

          Je devais avoir 3 ou 4 ans lorsque le quartier où nous habitions (mon grand-père, mes parents, mes 2 frères, mes 2 sœurs et moi) a été doté de l’électricité. Le souvenir est un peu vague mais je me rappelle bien les pannes fréquentes, le soir venu. Nous allumions alors notre lampe à pétrole que je possède encore.

          Pour l’eau, nous avions un puits avec une pompe. La pompe était un progrès car certains voisins puisaient l’eau à l’aide d’un seau attaché à une corde.

         C’est en 1936 que mes parents ont fait construire une maison avec, pour cette époque, un grand confort. L’eau courante et les toilettes à l’intérieur.

         L’eau courante au robinet, voilà un événement que ne comprenait pas mon grand-père, âgé alors de 70 ans.

         Comment l’eau pouvait arriver à un robinet alors qu’il n’y avait même pas de puits ? Lorsque nous lui expliquions que l’eau arrivait du Château d’Eau que nous apercevions au loin, il était « perdu ». Pour lui, l’eau sortait de terre et non d’un réservoir au dessus des maisons.

          La radio, ou plutôt la T.S.F (Télégraphie sans fil) est apparue à la maison en 1937 ou 1938.

         Un ancien voisin était venu faire une démonstration et avait convaincu mes parents. Nous passions de longs moments à écouter essentiellement Bordeaux la Fayette et quelquefois Radio Paris.

 

1939 : J’avais 10 ans. La France est en guerre contre l’Allemagne nazie.

1940 : Capitulation de la France et occupation par l’Armée Allemande.

De Gaulle, depuis la radio de Londres déclare que « la France a perdu une bataille mais pas la guerre »

         Pendant cette période noire, cette radio nous a permis de garder l’espoir de pouvoir être libérés un jour. Nous l’écoutions tous les jours. Comme un officier allemand occupait une chambre dans notre maison, l’un de nous faisait le guet le soir et nous arrêtions l’émission. « Ici Londres, les Français parlent aux Français. Aujourd’hui, 10éme jour de la bataille du peuple français contre l’occupant allemand ». Et le speaker entonnait une chanson :

« Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand »

1945 : La paix est revenue et comme tous les ados de mon village, je me passionne pour le rugby. Les matchs internationaux ont repris et nous les suivions à la radio. Mais depuis quelques jours, on parle de Télévision. Les récepteurs sont rares. Mais un installateur en a un dans son atelier et un samedi, jour de match international, le bruit court qu’il invite des clients potentiels à la retransmission.

         L’atelier était bien trop petit mais tant pis ! Agglutinés à la fenêtre, les uns sur les autres, nous avons vu ce match.

         Je garde encore le souvenir de ce 1er match de rugby international à la Télé »

 

 

[Total: 1 Moyenne: 4]

Thèmes associés au témoignage:



Témoignages similaires:



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *