Las mounyètes

haricot1Tè, aqueste tour en planta  é sémia nouste casau qué pensàbie à quàuqués detzénes d’ans en darrè : lou sémiat dous tarbès e dou milhoc amasse. En aquéth téms aquéro culture qu’améliourabe las finances de la maysoâde. Û cop lou sòu près ta sémia, qu’apréstabem lou sémiadé, qu’ère û dus rencs «Latisnère» ; qu’abè dus réserboèrs (bleus); hens cadu, dus roullèus en boès, l’û t’au grâ de milhoc e l’aute ta las mounyètes. Quàuque cop, au coutèth, qu’ous ayustabem au calibre dou grâ. Lous boéus et méy tar, la cabale qué hasen ségui lou sémiadé. En tiéne lous mànchous qué calé abisas qué la cadéne ne sautesse pas, ou que lous pès n’s boussèssen pas dab quauque taroque. Quoan lous téms s’y prestabe, lous grâs que sourtiben prou lèu, qu’arruaben béroy é que prababen biste. (é dé dret ! dab û bou miadou qu’éren plà alignats). La prabade rapidé de las mounyètes las hasé s’atourcla dab bounhur à l’entour dous pès de milhoc é d’y garrapoa, dingue à ha ûe sègue ; enter lous renes lou passàdye quès restrégné. Aoust qu’arribabe, qu’amassabem las permères mounyètes en grâs frès (béren sabrous aquéths fricots !) qu’arribaben à pun tabé, qu’ère lou téms de las batères. Las aoutes tèques qué sécaben sus pé. Séques, que las amassabem en û permé passàdye, cadû qu’abé û sac en téle dé yute arrébirat d’û tièrs, ligat à l’entour de la talhe dab ligasses de corde de liùse ayustades au sac dab û petit calhau, tout en décha bada lou sac n’ay hica mey adayse las mounyètes séques. Atau accatralhats qu’entrabem hens aquèth fourasta, la calou qué s’y entutabe, qué tribalhabem dab péne en sé cara. La saque plée que la boéytabem hens lous grans sacs, apédassats dab raphia, qui serbiben n’a las batères, é qué countinuabem la récolte, la rée crouchide, dab tabé aquéths ligadés qui t’entraben hens la car ! Sus plusiurs dies qué hasem dus ou très passàdyes à d’arroun dou permé, qu’éren mey aysits, las hoélhes que séccaben. Qué ténem las mounyètes sus las mantes dous boéus au tenelh deu sou ; à las ores las mey cautes que las trucabem dab û gran eslata hens û sens puch hens l’aute, quoan lou sou bachabe qué séparabem lous gras de las tèques é qué las roulabem hens la mante dinque au lendoumâ. Au gran sou las tèques que pétaben. haricot2Qué répétabem aquéth tribalh dinque toutes estoussen desgrouâdes. Lous grâs aquéth téms qué s’arrayaben. Plâ secs qu’ous passabem au bentabé, puch au ségouné. Qué calé encoère, triaous aban dous bène ; qu’en goardabem tabé n’a nouste usàdye, de tèms en tèms qu’espabiem sé lou cûssou n’abé pas entamat la résèrbe.

charancons

haricot3

Retrouvez ce témoignage en français ici

[Total: 0 Moyenne: 0]

Thèmes associés au témoignage:



Témoignages similaires:



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *