Ma jeunesse au Liban

le

J’ai passé mes 14 premières années au Liban dans différents endroits qui étaient alors sous mandat français après le traité de Versailles en 1919. La France a quitté le Liban en 1943, mais moi, c’était bien avant. J’ai d’abord vécu dans un petit port qui s’appelait Batroun, puis mon père a été muté à Beyrouth, toujours dans les douanes. Nous vivions dans une solidarité française car le Liban n’était pas encore tout à fait pacifique et les Français se rassemblaient. Nous habitions un immeuble immense qu’on appelait « la caserne » mais qui n’avait rien de militaire, il n‘y avait que des familles françaises. Nous y avons passé un certain temps.

Les Libanais ne se voulaient pas Arabes, ils parlaient et écrivaient l’arabe, étaient de mœurs arabe (à l’époque) mais voulaient absolument être des descendants des Phéniciens. Un jour notre professeur de français nous avait dit : « Les Phéniciens ont disparus sans laisser de traces, pas plus au Liban qu’ailleurs mais ce sont des personnes qui ont inventé l’Algèbre et une civilisation très avancée. » Les libanais se voulaient leur descendant alors on l’acceptait.

Je considère que le Liban est un paradis terrestre (à l’époque) car après il y a eu la guerre civile. Dans le Moyen-Orient il est rare de trouver des lieux verts et arrosés. Il y a plusieurs fleuves dont le plus important est l’Oronte, l’écrivain Pierre Loti a beaucoup écrit sur le Liban et en partie sur les rives d’Oronte.
Le plat national du Liban est le Kébbé (viande hachée au boulgour), mais ils ont aussi créé un plat qui est maintenant mondialement connu : le taboulé ! A l’époque les français ne le connaissaient pas. Le taboulé est un plat rituel qui annonce et qui fête le printemps. Les familles libanaises partaient au bord de l’Oronte avec le plateau sur la tête et le taboulé y était dégusté. Ça faisait toute une tribu quelques fois. C’était une tradition, il fallait fêter le printemps avec le taboulé pour être heureux toute l’année !

[Total: 0 Moyenne: 0]

Thèmes associés au témoignage:



Témoignages similaires:



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *