Marie-Jeanne, l’infirmière

 Je vais vous présenter une personne que j’ai interrogée le 18 janvier 2011 à la maison de retraite Arditeya, située à Cambo-les-Bains .
 Voici les souvenirs de Mme Marie-Jeanne Jeanneteau qui est née en 1934 et a vécu à Thouars dans les Deux-Sèvres.

 Sa spécialité

Mme Marie-Jeanne Jeanneteau a été infirmière anesthésiste dans le Poitou, sa terre natale, pendant 15 ans. Elle a choisi non pas de soigner des gens en mauvaise posture mais d’assister les chirurgiens au bloc opératoire, souvent en urgence, de jour comme de nuit.  Elle considère que la salle d’opération est « le centre de tout »

Ses horaires

En moyenne  elle travaillait 48h par semaine, soit 6 journées de 8h chacune. Elle avait 2 jours de congé tous les 15 jours et assurait donc un week-end sur deux. Son record de travail non-stop est de 15 nuits de suite. Ce jour-là, elle avait fini son service à 6h30 du matin.

Le matériel

De nos jours le matériel est en plastique et se jette, à l’époque, le matériel était en verre et devait être toujours stérilisé sans l’aide d’appareils  comme aujourd’hui. Les pansements, les compresses devaient être lavées à la main, puis séchées et enfin stérilisées.

Sa carrière

Madame Marie-Jeanne Jeanneteau a passé un concours et est devenue directrice dans une école d’infirmières, où elle est restée 10 ans.

Ses souvenirs d’enfance

Les parents de Madame Marie-Jeanne Jeanneteau étaient musiciens professionnels. Sa mère jouait du piano, et son père de la clarinette. Elle avait l’impression que la musique lui volait ses parents. Aussi, elle séchait les cours de musique, mais a gardé le goût du solfège et du chant.

Elle se souvient aussi du premier aspirateur, gainé de cuir beige. C’était son père qui le passait, et lui seul !

Elle se souvient encore du jour où les Allemands sont arrivés. Il fallait se cacher dans une cave de sa grand-mère, car le bruit avait couru qu’ils abattaient tout le monde. Le soir, il fallait bien rentrer à la maison. En haut de la côte, il y avait deux canons et deux Allemands qui barraient le passage. Et bien l’un l’a prise dans ses bras pour franchir les obstacles.

 

[Total: 1 Moyenne: 4]

Thèmes associés au témoignage:



Témoignages similaires:



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *