Biographie d’un cordonnier, retraité à 90 ans

Il s’agit de Jean Léon CAMINO artisan cordonnier à la ville de Cambo qui en soixante treize ans d’activité professionnelle a cumulé près de 290 trimestres de cotisations à l’heure où certains manifestent le maintien de leur droit à la retraite à 60 ans.

 

Jean Léon CAMINO EST né à  Uhart-Cize le 18 février 1910. A 14 ans il a été amputé d’une jambe, accident occasionné par un fusil de chasse.

 Il a fait son apprentissage dans la chaussure à l’atelier de M BIDONDE à Saint Jean Pied de Port. Sa destinée l’a ensuite conduit à St Palais où il a peu à peu apprivoisé le métier de cordonnier. En Juin 1938, il a eu l’opportunité de s’installer à Cambo les Bains pour succéder à M.Jauréguiberry, comme travailleur indépendant.

Depuis le cordonnier bottier n’a eu de cesse de travailler le cuir dans son atelier de réparation et confection sur mesure de chaussures sur l’esplanade des allées à CAMBO jusqu’à se faire radier du répertoire des métiers le 11 Août 2000 à l’âge de 90 ans.

Ce fût le plus ancien artisan en activité de Pyrénées Atlantiques fier d’avoir été formé aux techniques de 1900 et d’avoir eu la chance d’utiliser celles des années 2000. A ses débuts il travaillait manuellement pratiquement sans machine jusqu’à investir petit à petit dans les machines les plus modernes qui étaient devenues ses jouets et qui lui ont énormément facilité sa tâche.

 

Resté célibataire, il a consacré sa vie sans discontinuité et sans compter au service des clients qui lui ont rendu par leur estime et leur gentillesse. 

Une petite réception en Mairie de Cambo a été organisée pour sa mise à la retraite. Après avoir retracé l’historique de sa carrière de cordonnier, les qualités de ce dernier, sa compétence, sa probité, son relationnel avec les clients, il a eu l’immense joie de se voir remettre un chèque de 70 000 frs par M.CAZALA,  Président de la Chambre des Métiers ainsi que la médaille de l’entreprise artisanale. Monsieur le Maire VINCENT BRU à son tour a félicité J.LEON CAMINO en exprimant qu’il était rare de trouver un artisan aussi dévoué à son métier. Au nom de la Municipalité il lui a remis la Médaille d`honneur de la ville de Cambo.

Depuis il a vécu une retraite paisible dans sa villa qu’il avait fait construire, choyé par une nièce à qui il avait fait donation de ses biens.

A 98 ans il a eu la chance et le courage de faire un long voyage aux ETATS UNIS  pour rendre visite à ses deux soeurs survivantes de 95 et 97 ans. Et ce n’est qu’après avoir fété ses 100 ans, qu’il est décédé le 17 mars 2010 pour reposer au cimetière de CAMBO ville qu’il chérissait.

 

FAITS RELATES PAR SA NIECE VERONIQUE QUI L’A SUIVI DANS TOUS SES COURRIERS ADMINISTRATIFS

[Total: 1 Moyenne: 4]

Thèmes associés au témoignage:



Témoignages similaires:



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *