Témoignages d’avant

Témoignages des résidents de la maison de retraite de Navarrenx de décembre 2010


–          Quels sont vos meilleurs  souvenirs ?

«  Les vacances, car j’étais très mauvais à l’école. A l’époque, on ne partait pas en vacances comme maintenant. Il nous arrivait de faire  des bêtises. On arrêtait l’école à 12 ans pour travailler ».

–          Votre plus  grosse bêtise ?

« Quand j’étais enfant de chœur, je mettais des hannetons dans ma main et les lançais dans l’église pendant la messe, ça faisait du bruit ».

« Moi, je volais des pommes, des cerises ».

Un autre : « Je buvais le vin de messe ».

« On jetait des cailloux sur les canards dans les étangs ».

 

–          Les fêtes, les bals…

« On dansait dans des bals clandestins animés par des orchestres, pendant la guerre 39-45, à Dognen. C’était les après-midis. On buvait, on rigolait aussi.

On se cachait dans les bois pour danser. On ne disait rien aux parents mais ils arrivaient à le savoir quand même ».

 

–          Le carnaval c’était important à votre époque ?.

« Ca se passait bien. On allait chercher des habits pour se déguiser, dans les greniers, dans de vieilles malles, on mettait un masque et on faisait la tournée des maisons des villages et des hameaux. On nous donnait des œufs, des merveilles, des boudins, des saucisses pour fêter Mardi Gras.

Ensuite, on allait manger les boudins, saucisses au bistrot du coin. A Audaux, il y avait deux bars.

Le mercredi des Cendres, on allait tous à Navarrenx pour la foire et le grand bal. Tous les gens de la vallée de Josbaig et d’ailleurs venaient. Un orchestre venait animer la fête.  On dansait la java, le paso doble, le muchico, la valse.  On buvait du vin, de la limonade, du soda orange, du paillet (vin rouge avec de la limonade), des citronnades, des sirops d’orange… On fumait peu. Certains fumaient des gauloises.

Il existait déjà le Carnaval de Géronce. Les gens défilaient déguisés. Par contre, il n’y avait pas de chars pour ce carnaval comme maintenant.

Certains sortaient, d’autres pas. Certains parents autorisaient les sorties à leurs enfants, d’autres non : un peu comme maintenant d’ailleurs. N’est-ce pas les jeunes ?

Dans les fêtes, il y avait des clans, des bagarres aussi. Navarrenx contre Josbaig, par exemple. Il y avait des rivalités.

On se déplaçait en vélo. Les jeunes hommes ou cavaliers portaient les demoiselles sur la barre du vélo. »

 

–          Les punitions, l’école c’était dur ?

 « C’était sévère. On pouvait être privés de nourriture le soir et partir directement au lit si on faisait des bêtises.

A l’école, quand on était punis, on faisait des lignes (50-100). On était privé de récréations. On devait aller chercher du bois pour remplir le poêle.

Si on arrivait en retard, on n’avait pas le droit de se chauffer. On devait aussi porter le bonnet d’âne et on devait passer dans la cour devant les copains.  Parfois aussi, l’instituteur nous tapait sur les doigts avec une règle en fer.  Et quand on était punis à l’école, on l’était le soir aussi en rentrant à la maison.

On respectait les adultes, les parents, les instituteurs, le maire, le curé…

On jouait aux billes, à la corde à sauter, à la marelle, à des jeux de cartes, à la canique (petite boule qu’on lançait), à la tiole (boulard)…

 

–          Et Noël.

« A Noël, comme cadeau, on avait une orange, des chocolats, une petite poupée pour les filles ».

  

–          Vos animaux préférés ?

« Les chiens, les chats qu’on appelait Filou, Minette, Minou, Belle, Dic, Lami, Farou, Soumise »

Les chats étaient utiles pour chasser les souris, les rats. On avait une dizaine de chats dans les fermes ».

 

–          Votre pire souvenir ?

« Quand on a perdu un être cher, comme les parents. La guerre aussi, mais on oublie les mauvais moments, on préfère rire… »

 

–          Et  les bons ?

« La Libération, cela a été une semaine de fête, de liesse sans s’arrêter, les cloches des églises sonnaient à toutes volées ».

« La télé était en noir et  blanc avec deux chaines dans les années 1960. Le téléphone est arrivé en 1936 ».

 

 

[Total: 0 Moyenne: 0]

Thèmes associés au témoignage:



Témoignages similaires:



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *